La maison d'alzaz ou le blog de l'écologie

GLOSSAIRE (en construction)

A

Abiotique : Non vivant,en parlant d’un élément d’un écosystème. Il peut s’agir d’un élément comme l’eau, sa qualité, quantité et répartition dans l’écosystème, d’un élément comme le sol, sa structure, sa teneur en humus. En écologie, on parle de « facteurs abiotiques » qui représentent les facteurs physicochimiques d’un écosystème (contraire de biotique).

Agent pollinisateur : Les différents facteurs (force, organismes) qui opèrent le transport des grains de pollen depuis les organes mâles jusqu’aux organes femelles des plantes à fleurs, rendant ainsi possible la fécondation et la reproduction de ces plantes. Il peut s’agir du vent, de l’eau, des insectes, des oiseaux, de certains mammifères.

Agroforesterie : Mode de production combinant la culture d’arbres et d’arbustes et la culture d’espèces herbacées. L’agroforesterie est préconisée pour augmenter la biodiversité des écosystèmes agricoles et améliorer la productivité tout en réduisant la dégradation des terres.

Aller l’amble : Un animal qui va l’amble ou qui va à l’amble est un animal qui, lorsqu’il marche, avance en levant les deux pattes du même côté,à l’instar des girafes, de l’ours, du dromadaire ou du chameau.

Allochtone : Du grec «allos» : étranger et « chtonos » : terre,littéralement : terre d’ailleurs. Allochtone est le contraire d’autochtone, littéralement : terre d’ici. On parle de terrains ou de fleuves allochtones au sens où ils ont été charriés ou déviés et proviennent d’ailleurs, d’une région étrangère.

Angiosperme : Du grec « aggeion », vase ou capsule, et « sperma », graine. Angiosperme signifie « graine dans un récipient » par opposition à gymnosperme « graine nue ». Les angiospermes sont les plantes à fleurs, et donc les végétaux qui portent des fruits enfermant les graines. Ils représentent 80 % des espèces végétales, on en dénombre actuellement plus de 200 000 espèces.Les gymnospermes les ont précédés dans l’évolution.

Anthropique : Du grec « anthropos » : homme. En écologie, le terme qualifie tout élément ou facteur provoqué directement ou indirectement par l’action de l’homme et ayant un impact sur l’environnement : érosion des sols, pollution par les pesticides, relief créé par des digues…

Aquifère : Un aquifère est une couche de terrain ou une roche, suffisamment poreuse (qui peut stocker de l’eau) et perméable (où l’eau circule librement), pour contenir une nappe d’eau souterraine. On parle de nappe aquifère ou de nappe phréatique pour désigner ce réservoir naturel d’eau douce, susceptible d’être exploité, et d’alimenter les ouvrages de production d’eau potable que sont les puits ou les systèmes de captage que sont les foggaras en région aride.

Aréisme : En hydrologie, on parle d’aréisme pour une zone dans laquelle il n’existe aucun réseau hydrographique organisé.

B

Bactéries aérobies : Êtres vivants, en l’occurrence micro-organismes,exigeant la présence d’oxygène afin de produire l’énergie qui est nécessaire à son métabolisme.

Bât : Dispositif que l’on place sur le dos de certains animaux pour le transport de leur charge. Par extension, les « animaux de bât » sont des animaux employés pour porter de lourdes charges comme le dromadaire ou le chameau.

Biocénose : Du grec « bios » : vie et « koïnos » : communauté. Communauté des êtres vivants (animaux, végétaux et micro-organismes) coexistant dans un espace défini (le biotope).

Biodiversité : Variabilité des organismes vivants de toute origine : plantes, animaux et micro-organismes présents sur la terre, leur variabilité à l’intérieur d’une même espèce ainsi que la variabilité des complexes écologiques dont ils font partie. Ainsi, la biodiversité comprend, la diversité des espèces, la diversité génétique et la diversité des écosystèmes.

Biomasse : Masse de la matière organique des communautés végétales ou animales par unité de surface ou de volume estimée à un moment donné. En général, calculée à partir de la matière sèche à 85°C, elle caractérise la masse totale de matière vivante présente à un niveau trophiques donné dans un écosystème.

Biome : Groupement de composantes végétales et animales de physionomie homogène et indépendante de la composition floristique. Il s’étend sur une aire géographique assez grande et son existence est sous le contrôle d’un macro-climat.

Biosphère : Portion du globe terrestre hébergeant l’ensemble des êtres vivants et dans laquelle la vie est possible en permanence. Comprend également les substances produites par l’activité des être vivant.

Biotique : Qui est propre à la vie – Facteurs écologiques biotiques : liés à l’activité ou au métabolisme d’êtres vivants.

Biotope : Du grec «bios» : vie et«topos» : lieu. Espace naturel déterminé, caractérisé par des conditions géologiques, pédologiques et climatiques particulières,de taille variable, souvent de surface réduite, au sein duquel se développent des espèces animales et végétales adaptées à ces conditions. Exemples : mare, prairie humide, bois de pins.

Bois de feu : Bois utilisé par la population comme la principale source d’énergie domestique : pour la cuisson des aliments, l’éclairage.

Bouturage : Méthode de multiplication végétative d’une plante consistant à détacher une branche de la plante (ligneuse ou herbacée) ou une feuille (pour certaines espèces seulement comme les cactées Opuntia ficus-indica) et à l’enterrer pour qu’elle produise des racines et un nouvel individu (clône parfait du plant mère). La reproduction se fait à partir de cet organe ou de ce fragment d’organe isolé.

Brise-vent : Barrage construit souvent à l’aide de branches ou de palmes pour lutter contre l’action du vent et retenir les dunes de sable ou protéger les cultures.

Bush : Terme anglo-saxon utilisé en Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud pour désigner des zones de savane et de forêts ou de bois et de broussailles de type méditerranéen,peu habitées (en dehors des Aborigènes dans le bush australien). Le bush est caractérisé par une végétation clairsemée et par une faible densité animale.

C

Calice : Ensemble des sépales d’une fleur formant l’enveloppe florale externe. Le calice protège la fleur lorsqu’elle est en bouton. Cambium : Tissu constitué d’une fine couche de cellules qui se trouve dans les tiges et les racines des plantes. Il est situé entre le bois et l’écorce des arbres et permet un développement des cellules vers l’intérieur et vers l’extérieur (tissus internes et externes de l’arbre).

Camouflage : Chez les animaux,moyen ou dispositif instinctif tendant à se rendre moins visible ou à donner une apparence trompeuse à un autre être vivant. En biologie, le camouflage se nomme mimétisme.

Capitule : Type d’inflorescence composée d’un ensemble de petites fleurs sessiles (sans attache, sans pétiole et sans pédoncule), groupées sur un plateau comme pour les Astéracées.

Chaîne alimentaire : Une chaîne alimentaire désigne une suite d’êtres vivants dans laquelle chacun mange celui qui le précède. Comme dans un écosystème, les liens qui unissent les espèces sont souvent d’ordre alimentaire,on peut représenter ces relations par des séquences où chaque individu mange le précédent et est mangé par celui qui le suit.Chaque maillon de la chaîne est un niveau trophique.

Champignonnière : Endroit généralement souterrain où l’on cultive les champignons sur couche. Certaines espèces de fourmis cultivent, dans leurs fourmilières, des champignons dont elles se nourrissent. Elles coupent et mâchent des morceaux de feuilles afin de fabriquer du compost et fertiliser leurs champignonnières. Ces champignonnières naturelles fertilisent à leur tour l’écosystème.

Chlorophylle : La chlorophylle est le principal pigment assimilateur des végétaux. Il intervient dans la photosynthèse pour intercepter l’énergie lumineuse, première étape dans la conversion de cette énergie en énergie chimique indispensable à la fabrication de matière carbonée organique lors du processus de la photosynthèse.

Cladode : Du grec «kladôdês» : rameau. Un cladode est un rameau aplati, simulant des feuilles. Le figuier de Barbarie est doté de cladodes, couramment appelés « raquettes ».

Classe : En biologie,la classe est le troisième niveau de la classification classique des espèces vivantes. L’ordre des carnivores (Carnivora) qui compte 8 familles d’espèces (dont les félins), appartient à la classe des mammifères (Mammalia).

Cochenille : Petit insecte de forme aplatie qui vit sur de nombreuses espèces végétales, comme le figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica), dont il suce la sève. Les cochenilles produisent naturellement un colorant carmin. On les récolte et on les sèche pour extraire le pigment.

Commensalisme : Du latin «co» : avec et «mensa» : table,compagnon de table. Le commensalisme est une relation entre deux êtres vivants dans laquelle l’hôte fournit une partie de sa nourriture au « commensal » sans obtenir de contrepartie de la part de ce dernier.La relation est à bénéfice non-réciproque, mais l’hôte peut continuer à vivre et à évoluer en présence de l’autre organisme. Certains coléoptères cohabitent ainsi avec les fourmis.

Composée : Feuille composée de plusieurs limbes appelés folioles. Exemple : l’acacia.

Compost : Engrais naturel à base de déchets organiques d’origine végétale, utilisé pour fertiliser les cultures.

Conditions : On divise les facteurs abiotiques d’un écosystème en deux catégories : les ressources et les conditions. Les conditions, dans le domaine abiotique, se réfèrent à la température, aux conséquences du réchauffement climatique, au concept de «perturbation » lié aux incendies, aux grandes tempêtes, aux avalanches, aux éruptions volcaniques, aux coulées de boue et autres.

Conservation : Protection des écosystèmes, des espèces et des ressources naturelles contre la dégradation ou la destruction de façon à en faire bénéficier les générations à venir. La conservation des écosystèmes, des espèces et des ressources naturelles peut induire la gestion planifiée de l’utilisation de ceuxci par l’homme.

Consommateur : Au sein du réseau trophique,les consommateurs apparaissent à plusieurs niveaux trophiques. Les consommateurs primaires ou animaux herbivores qui se nourrissent des producteurs ; Les consommateurs secondaires ou carnivores primaires et parasites,qui se nourrissent des animaux herbivores ; Les consommateurs tertiaires qui se nourrissent des carnivores primaires.

Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification : Accord international adopté en 1994 à Paris.A ce jour (2005),191 pays ont ratifié la Convention. Elle a pour objectif de lutter contre la désertification et d’atténuer les effets de la sécheresse dans les pays gravement affectés par la sécheresse et/ou la désertification.Les actions de la Convention visent à améliorer la productivité des terres, à restaurer (ou conserver) les sols, à définir la meilleure utilisation de l’eau et à instaurer un développement durable dans les régions affectées.

Convention sur la diversité biologique : La convention sur la diversité biologique est une des deux conventions signées au Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro (Brésil) en 1992 ; l’autre convention étant la Convention sur les Changements Climatiques.À ce jour,168 pays ont ratifié la Convention qui constitue un engagement historique : c’est le premier traité conclu au niveau mondial qui aborde tous les aspects de la diversité biologique, c’est à dire non seulement la protection des espèces mais également celle les écosystèmes et du patrimoine génétique, ainsi que l’utilisation durable des ressources naturelles. Enfin,la Convention est aussi la première à reconnaître que la conservation de la diversité biologique est « une préoccupation commune à l’humanité » et fait partie intégrante d’un développement socio-économique durable.

Convergence d’évolution : Lorsque des espèces animales ou végétales très éloignées géographiquement et sans ancêtre commun (donc appartenant à des familles différentes), évoluent de manière similaire à cause de pressions environnementales semblables,on parle de convergence d’évolution ou de convergence évolutive.

Corolle : Ensemble des pétales d’une fleur formant l’enveloppe florale interne. Quand la corolle est déployée, on parle d’une fleur épanouie.

Courbe de niveau : La courbe de niveau représente la ligne joignant tous les points d’une même altitude et que l’on peut imaginer dans un paysage.L’ensemble des courbes de niveau placées sur une carte permet de représenter le relief. Plus les courbes de niveau sont rapprochées, plus la pente est raide. En zones sèches, la construction des terrasses se fait à partir des courbes de niveau au long desquelles s’érigent les murets de pierres servant de soutènement aux parcelles.

Couverture végétale : Ensemble de la végétation recouvrant le sol.

Croissance de la population d’une espèce : Augmentation du nombre des individus appartenant à une même espèce en fonction du temps. L’évaluation se fait souvent sur un même biotope.

Cultivar : Un cultivar est une variété de plante obtenue en culture, généralement par sélection, à l’aide de techniques horticoles et qui n’est pas représentée dans les peuplements d’espèces sauvages.

Cultures intercalaires : On parle de cultures intercalaires pour désigner l’alternance de différentes cultures au sein d’un même espace.Ce système consiste à associer simultanément des cultures annuelles et des cultures pérennes sur le même terrain en veillant à ce qu’elles soient mutuellement bénéfiques et non pas concurrentes. On peut ainsi obtenir un rendement global plus élevé.

Cuticule : La cuticule est une fine couche de cutine, souvent cireuse, comme un vernis étanche, qui recouvre les feuilles des végétaux ou les tiges des cactées en région aride.La cutine est une substance de nature lipidique destinée à prévenir les pertes d’eau que l’on trouve donc sur la face externe des cellules aériennes de l’épiderme des végétaux.

Cyme : Inflorescence simple dans laquelle l’axe principal se termine par une fleur et les rameaux secondaires sont plus longs que le rameau primaire.

D

Décennie pour l’éducation en vue du développement durable : En décembre 2002, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant une Décennie pour l’éducation en vue du développement durable (DEDD) de 2005 à 2014. L’UNESCO a été chargée de diriger cette Décennie et d’élaborer le contenu conceptuel de l’Éducation en vue du développement durable (EDD). Concrètement,il s’agit de repenser et de modifier l’éducation afin de mieux intégrer le concept de durabilité associant de façon solidaire des objectifs économiques, sociaux et environnementaux ainsi que ceux du respect de la diversité culturelle et de la lutte contre la pauvreté.

Décomposeur : Terme qui désigne le groupe d’organismes vivants regroupant les champignons et les micro-organismes des sols et des biotopes aquatiques qui réduisent la matière organique morte à l’état de composés minéraux.

Défoliateur : La défoliation désigne le phénomène de perte des feuilles pour les arbres, arbustes, sous-arbrisseaux et plantes herbacées. Ce phénomène est parfois dû à des champignons, des virus ou des bactéries mais est le plus souvent causé par des insectes défoliateurs qui apparaissent de manière cyclique comme le criquet pèlerin. La pullulation de ces insectes affectent plus facilement les écosystèmes fragiles et pauvres en diversité d’espèces (et de potentiels prédateurs) comme les écosystèmes des régions sèches.

Déforestation : Ensemble des processus par lesquels l’homme transforme et fait disparaître les écosystèmes forestiers : surexploitation du bois, incendies de forêts, mise en culture de zones boisées.

Détritivore : Organisme vivant,essentiellement invertébré, qui se nourrit de matière organique morte d’origine animale et végétale (excréments,mues,cadavres, débris végétaux).Les fourmis,les iules, les nécrophages sont des détritivores. Ils fragmentent la matière organique en la digérant ou l’excrétant ; elle est alors facilement accessible par la microflore bactérienne et fongique des sols.

Développement durable : En 1987,le développement durable a été défini par la Commission mondiale de l’environnement et du développement comme « le développement qui répond aux besoins économiques actuels sans compromettre la capacité de la planète à satisfaire les besoins des générations futures ». La définition s’est affinée dans le temps et on peut parler d’une forme de développement qui respecte l’environnement et fait un usage prudent – fondé sur une exploitation rationnelle et modérée – de la nature et de ses ressources, ce qui assure un maintien indéfini de la productivité biologique de la biosphère. L’Agenda 21, plan d’action mondial adopté par 173 pays lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992,a défini un ensemble cohérent de principes pour aider les gouvernements et les autorités à mettre en oeuvre des politiques orientées vers le développement durable. Aujourd’hui, l’Agenda 21 reste la référence pour la mise en oeuvre du développement durable au niveau des territoires.

Diapause : Arrêt prolongé de développement obligatoire du cycle d’une espèce animale qui se manifeste à un stade bien précis selon les espèces, sans relation évidente et immédiate avec les facteurs écologiques du moment. Elle est sous contrôle hormonal. Pour de nombreux cas, l’alternance de la lumière et de l’obscurité intervient dans le phénomène. De nombreux végétaux entre en aussi en diapause.

Dioïque : Du grec « dis » : deux fois et « oikos » : maison. Le terme qualifie une espèce végétale dont les sexes sont sur des individus séparés ; la plante a des fleurs mâles (à étamines) sur un pied et des fleurs femelles (à pistil) sur un autre pied.La fructification n’a lieu que si les individus sont suffisamment proches. Le palmierdattier est une espèce dioïque.

Dissémination des graines : Grâce à la dissémination des graines,les plantes se dispersent dans leur environnement. Les agents disperseurs peuvent être le vent, l’eau, les animaux (oiseaux, insectes..). Ce phénomène est très utile sur le plan écologique pour plusieurs raisons : Il permet aux graines d’atteindre les habitats propices au développement des futures pousses. Plus largement, il permet de diminuer la compétition entre les individus en les disséminant sur un plus large territoire ; il permet d’échanger des individus entre populations et de favoriser le brassage génétique ; il permet enfin de créer de nouvelles populations.

Distillation : La distillation est un procédé de déminéralisation de l’eau,généralement considéré comme le procédé le plus économique pour dessaler de l’eau de mer à l’échelle industrielle. Le principe de base de la distillation est simple : les sels dissous ne se transformant pas en vapeur dans les mêmes conditions que l’eau, la vapeur obtenue par chauffage d’eau salée est constituée d’eau pure. En région aride, la distillation solaire est utilisée pour dessaler et purifier les eaux souvent salines : selon un principe d’exposition au soleil,d’évaporation et de condensation,l’eau est séparée du sel et est épurée du point de vue chimique et bactériologique.

E

Écosystème : Ensemble interactif formé d’une communauté d’organismes vivants et de l’environnement physique, chimique et géographique dans lequel ils évoluent. Ainsi l’air, la terre, l’eau et les organismes vivants, y compris les êtres humains, interagissent pour former un écosystème.

Émondage : En sylviculture,opération consistant à couper les branches latérales d’un arbre, et parfois le tronc pour faire naître des rejets dont on utilise le bois.

Endémique : Une espèce est dite « endémique » lorsqu’elle se développe dans une région géographique spécifique du globe : elle appartient à un territoire plus ou moins étendu, et son aire de répartition géographique est limitée à un lieu donné.

Enduit désertique (ou vernis éolien) : Patine brun foncé ou orange qui colore la surface du sable ou des roches dans les déserts.La présence d’oxydes de métaux (fer,manganèse) associée à l’action du vent et aux radiations solaires donnent aux particules minérales et aux roches cette coloration.

Éphémérophyte : Plante des régions désertiques qui s’est adaptée à la sécheresse en réduisant son cycle de vie.De la germination à la fructification, le cycle de vie ne dure que 8 à 15 jours, voire même 1 à 3 jours pour les plus brefs.Une averse de 4 mm permet le développement de la plante.

Épi : Type d’inflorescence où les fleurs ou épillets (graminées) sont rattachées sans pédoncule sur un axe central.

Épuration : L’épuration ou assainissement des eaux est l’activité qui consiste à épurer les eaux usées issues des usages domestiques, de l’activité agricole ou industrielle, avant leur rejet dans la nature. Ce processus est de plus en plus nécessaire, afin d’éviter la pollution de l’environnement et la dégradation des terres.

Erg : Un erg est un désert de sable, plus précisément un champs de dunes fixes dont seul le sable superficiel est remodelé sans cesse par le vent.Les ergs occupent environ 20% de la surface totale du Sahara. La plupart se forment dans des cuvettes par accumulation des débris transportés par les oueds.D’autres résultent du sable arraché par le vent aux hamadas et aux regs qui s’accumule dans les dépressions et s’entasse pour former des dunes. Si le terme « erg » est le terme retenu dans le langage géographique international, les Touaregs emploient le mot «edeyen» tandis qu’en Arabie et en Asie centrale on parle de « nedouf » et de « koum».

Érosion : Usure et transformation que les eaux (pluie, fleuve, mer), la glace et les agents atmosphériques (vent,chaleur, précipitations) font subir à la surface terrestre. On parle ainsi d’érosion hydrique (eau), d’érosion éolienne (vent) et d’érosion thermique (chaleur).Ce phénomène est souvent amplifié par l’homme (déboisement, agriculture, construction de routes) et a pour effet de transformer le relief et d’emporter les sols.

Érosion éolienne : Usure et transformation de la surface terrestre sous l’action du vent (il s’agit d’une érosion de surface). Elle comprend : La déflation qui désigne l’enlèvement et le transport des matériaux fins des sols (grains de sable fins et moyens, poussière) ; La corrasion qui désigne l’action mécanique et décapante des vents chargés de particules (grains de sable, de quartz, particules de glace dans les régions polaires) sur les reliefs et les sols.

Érosion fluviale : L’érosion fluviale est le processus de dégradation et de transformation du relief causé par les cours d’eau. Elle se produit à plus ou moins long terme ;on peut par exemple distinguer l’érosion des berges, soumises au courant, à l’extérieur des méandres et l’érosion hydrique en ravin ou en gorge qui résulte de longues périodes d’érosion fluviale dans des zones de roches sédimentaires comme les canyons dans les terrains calcaires des régions arides.

Espèce : Ensemble de populations interfécondes (interfertiles), isolées du point de vue reproductif d’autres ensembles équivalents et pouvant être défini par une combinaison unique de caractéristiques.

Espèce autochtone : Une espèce que l’on trouve naturellement dans un endroit géographique donné.

Espèce envahissante : Une espèce envahissante est une espèce généralement introduite par les êtres humains et qui a réussi à migrer dans une région où elle s’est tellement reproduite et propagée qu’elle fait concurrence aux espèces autochtones. Elle peut être très difficile à contrôler et destructrice pour l’écosystème si celui-ci n’est pas pourvu de prédateurs ou d’agents pathogènes issus de son aire de répartition d’origine et susceptibles de la contenir.

Estivation : L’estivation qualifie chez les animaux un état de vie ralentie, symétrique de l’hibernation, au cours duquel ils tombent en léthargie. L’estivation se produit aux moments les plus chauds de la saison sèche et beaucoup d’animaux régulent d’eux-mêmes cet état en fonction de la chaleur.

Étamines : Organes sexuels mâle d’une fleur dont les parties terminales renflées (anthères) contiennent le pollen (sacs à pollen).

Euphorbe : Plante herbacée d’origine africaine, répandue aux milieux tropicaux, souvent arborescente,dont l’aspect général ressemble aux cactus d’Amérique latine. Les euphorbes ont en fait développé des stratégies d’adaptation à la sécheresse similaires aux cactées.

Évaporation : L’évaporation est le passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux. Dans le contexte du cycle de l’eau, il s’agit du phénomène par lequel de l’eau liquide s’échappe dans l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau sans avoir été absorbée par des êtres vivants.

Évapotranspiration : L’évapotranspiration désigne l’accumulation et, plus précisément, la quantité d’eau totale transférée du sol vers l’atmosphère par l’évaporation au niveau du sol et par la transpiration des plantes.

Exsudat : Le terme qualifie chez l’homme et l’animal un épanchement de liquide organique qui suinte d’une région enflammée. En botanique, il s’agit du liquide suintant d’un végétal, issu des fentes de sécheresse et des blessures (résine,latex,exsudat racinaire),qui peut être valorisé par l’homme (fonctions médicinales, usage commercial).

Extinction : Disparition totale d’une espèce sur la Terre entière.

F

Famille : En biologie,la famille regroupe les genres (ou groupes d’espèces similaires) qui présentent le plus de similitudes entre eux. Elle constitue le cinquième niveau de la classification classique des espèces vivantes dans l’ordre suivant : règne,embranchement,classe, ordre, famille, genre, espèce. Le genre Canis qui referme 8 espèces dont le chacal commun, appartient à la famille des Canidés qui réunit 35 espèces.

Fasciculé : Du latin « fasciculus », petit paquet. Le terme qualifie une forme de racines réunies en faisceaux comme les racines fasciculées du blé.

Fécondation : Pour qu’il y ait production de graine, en botanique, la pollinisation doit être suivie de la fécondation des ovules. Lors de la pollinisation, le pollen est transporté de l’anthère (partie renflée de l’étamine qui contient le pollen) sur le stigmate d’une même fleur ou d’une fleur de la même espèce. Une fois sur le stigmate, le grain de pollen émet un tube pollinique qui descend dans l’ovaire pour atteindre un ovule.Ce tube pollinique achemine les gamètes mâles jusqu’à l’ovule afin de le féconder.

Foggara : Les foggaras,terme algérien, sont des galeries souterraines de grande longueur permettant l’adduction d’eau dans certaines oasis,depuis les plateaux ou les massifs rocheux. Les galeries recoupent une nappe phréatique dont elle draine l’eau en profondeur pour la transporter jusqu’à la surface vers les terrains à irriguer, cela grâce à une légère inclinaison, l’ensemble du système reposant sur la force de gravité. Des puits verticaux dans les foggaras permettent l’aération et le nettoyage. Elles sont originaires d’Iran où elles s’appellent « quanat » et sont aussi utilisées au Maroc où elles portent le nom de « khettaras ».

Foliole : Élément d’une feuille composée.

Frugivore : Parmi les phytophages qui désignent les organismes se nourrissant de végétaux, on distingue plusieurs groupes suivant la partie végétale consommée. Ainsi les frugivores ou carpophages sont les organismes qui se nourrissent des fruits ou des fructifications des végétaux. C’est le cas de certains singes.

G

Gabions : De l’italien « gabbione » : grosse cage. Le terme désigne une sorte de casier fait de solides fils de fer tressés et contenant des pierres, utilisé entre autres, pour construire les murs de soutènement.Les gabions sont très utilisés en Afrique et en Amérique latine aujourd’hui pour contrer les effets de l’érosion. Ils sont disposés en épi ou parallèlement aux rives pour lutter contre l’érosion fluviale ou torrentielle. Ils servent également à stabiliser des pentes ébouleuses et à réduire l’impact des eaux de ruissellement.

Géophyte : Une plante géophyte est un type de plante vivace possédant des organes lui permettant de passer la saison inadéquate à son développement (comme la saison sèche en région aride), enfouie dans le sol.L’organe en question peut être un bulbe (oignon, lys), un rhizome (topinambour), un ou plusieurs tubercules (pomme de terre).

Germination : Processus de développement d’une graine depuis la mise en contact avec l’eau jusqu’au stade de la plantule (jeune plante ne comportant que quelques feuilles).Elle ne se produit que si les conditions extérieures sont favorables (humidité, température,oxygène) et les facteurs internes réunis (viabilité, dormance, maturité, effet de la lumière).

Grappe : Type d’inflorescence formée d’un axe portant à différents niveaux des fleurs pédonculées.

GTOS TEMS : Système global d’observation des écosystèmes terrestres. GTOS TEMS est un programme d’observation, de modélisation et d’analyse des écosystèmes terrestres en vue de favoriser le développement durable, financé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Guelta : Plan d’eau temporaire le plus souvent durable,spécifique aux régions montagneuses du Sahara, sans écoulement visible. Le plus souvent enfoncée dans la roche, la guelta forme une citerne naturelle, alimentée par une résurgence (de l’eau qui fuse de la roche) ou par les crues en saison des pluies.

Gymnosperme : Du grec « gumnos » : nu et « sperma », graine. Les gymnospermes sont les plantes dont l’ovule est nu (non enclos dans un ovaire à la différence des angiospermes). La plante porte ses graines dans un fruit ouvert comme les cônes.Tous les conifères sont des gymnospermes. On dénombre environ 700 espèces de gymnospermes.

H

Habitat : Lieu dans lequel une espèce végétale ou animale particulière peut vivre.Ce lieu lui fournit de quoi subvenir à ses besoins.

Halophile : Une plante halophile ou halophyte est une plante adaptée à un sol salé ou qui, de façon générale, tolère le sel.

Hamada : Un hamada est un désert rocheux tabulaire souvent limité par des falaises. Les hamadas occupent surtout les surfaces des grands plateaux.Ils sont d’origine sédimentaire, le plus souvent calcaire. Lorsqu’ils sont recouverts de grés, ils sont nommés tassilis comme le Tassili N’Ajjer en Algérie. Les champs de blocs et les gros rochers laissent peu de place à la maigre végétation et en général, la surface montre de la roche nue, lissée par l’érosion.

Holistique : Du grec « holos » : entier. Ce qui est holistique appartient à un système de pensée selon lequel les caractéristiques d’un être ou d’un élément ne peuvent être connues que lorsqu’on le considère et l’appréhende dans sa totalité,dans son contexte,dans son ensemble et non pas quand on en étudie chaque partie séparément. En écologie, on peut adopter ce point de vue lorsqu’on cherche à comprendre les interactions entre la biologie des êtres vivants et les conditions du milieu, où lorsqu’on considère l’être humain comme faisant intégralement partie de l’écosystème.

Huaycos : En Amérique latine, les huaycos désignent des coulées destructives faisant suite à des pluies violentes, constituées d’eau mélangée à de la boue et des pierres. Ces coulées descendent rapidement le flanc des montagnes et empruntent le passage des sillons laissés par le ravinement.

Humus : Mélange complexe de matières organiques provenant de la décomposition des débris végétaux (feuilles mortes) et animaux par les micro-organismes (invertébrés,bactéries,champignons) du sol. L’humus est une matière terreuse de couleur sombre présente dans la couche superficielle du sol et qui participe à sa fertilité en libérant de l’azote et d’autres éléments nutritifs indispensables à la croissance des végétaux.

I

ICARDA : Centre International de Recherche Agronomique sur les Régions Arides. Fondé en 1977, ICARDA est l’un des 15 centres stratégiquement disséminés par le CGIAR (Consultative Group on International Agricultural Research) dans le monde entier et financés par celui-ci. La principale station de recherche et le siège social d’ICARDA sont situés à Alep en Syrie. La mission du centre consiste à améliorer le bien-être des populations et à réduire la pauvreté dans les zones arides des pays en développement grâce à la recherche et à la formation, notamment en augmentant la production,le rendement et la qualité nutritionnelle des aliments tout en préservant et en mettant en valeur les ressources naturelles.

Indice de réfraction : L’indice de réfraction provient du changement de direction de la lumière lorsqu’elle passe d’un milieu à un autre comme par exemple de l’air ambiant à l’eau ou au verre. La valeur de l’indice dépend de la longueur d’ondes du rayon lumineux or cet indice varie car la lumière blanche visible est constituée de plusieurs « couleurs » dont les longueurs d’onde varient puisque l’angle de réfraction n’est pas le même pour chaque couleur.

Inféodé : On parle d’une espèce inféodée à un milieu dans le sens où cette espèce est soumise aux conditions physico- chimiques particulières de ce milieu et à tout un ensemble d’autres espèces vivantes avec lesquelles elle est en relation. Elle peut être inféodée très étroitement à un milieu donné quand celui-ci est très limité dans l’espace et dans le temps et présente des conditions bien spécifiques.

Inféro-flux : Écoulement qui se produit sous une rivière, dans la masse de ses alluvions perméables.

Infiltration : En hydrologie, l’infiltration désigne la pénétration des eaux de surface dans le sous-sol à travers les fissures naturelles des sols et des roches. Le phénomène est facilité par la présence des végétaux et l’écoulement qui se produit à la base de ceux-ci. À travers l’infiltration et la percolation dans le sol, l’eau de surface alimente les nappes phréatiques.

Inflorescence : L’inflorescence est la disposition des fleurs sur la tige d’une plante à fleurs (angiosperme). On distingue plusieurs sortes d’inflorescence selon la manière dont les fleurs sont disposées : en capitules, en grappes, en épis…

IUCN : L’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) est la principale organisation non gouvernementale mondiale dédiée à la conservation de la nature. Elle réunit 83 états,110 agences gouvernementales,plus de 800 ONG et environ 10000 experts scientifiques dans un réseau unique de partenaires. La mission de l’IUCN est d’influencer, d’encourager et d’assister les sociétés du monde entier dans la conservation de l’intégrité et la diversité de la nature. Elle s’assure aussi que l’utilisation des ressources naturelles est faite de façon équitable et durable.

Iule : L’iule est le nom commun d’un myriapode proche du mille-pattes. Les myriapodes forment une classe d’animaux articulés composés d’une tête suivie de nombreux anneaux semblables, portant chacun deux paires de pattes.

K

Kesria : Dans le système de la foggara, la kesria est un peigne partiteur (construit dans le même matériau, souvent en argile et paille mélangées), qui permet de répartir l’eau entre les différentes parcelles (et leurs utilisateurs) dans l’oasis.

Khettara : Nom utilisé au Maroc pour désigner les foggaras algériennes. Voir définition foggara.

L

Lagunage : Épuration des eaux usées ou résiduaires, pratiquée en les laissant séjourner à l’air libre dans de grands bassins de rétention. L’épuration s’y produit par le pouvoir oxydant et dépolluant des micro-organismes, des algues et plantes aquatiques. Le temps de séjour des eaux doit être long.

Légumineuse : Plante appartenant à la famille des Fabacées,du latin « faba » : fève. C’est une famille très importante de 18000 espèces regroupant des plantes herbacées, des arbustes, des arbres ou des lianes parmi lesquels l’arachide, le genêt,le haricot,le lupin,le pois,l’acacia, le caroubier.Ces plantes ont en commun la faculté d’absorber l’azote de l’air et de le fixer dans le sol grâce à des bactéries fixatrices hébergées dans les nodosités de leurs racines. Dans les domaines agricole et économique, le terme désigne plus spécifiquement les espèces cultivées dans un but alimentaire pour les hommes et les animaux.On distingue alors les légumineuses fourragères (trèfle,luzerne,sainfoin) des légumineuses cultivées pour leurs graines (haricot, pois).

Ligulée : Se dit des fleurons (petites fleurs) en forme de languette formant, par exemple, la collerette des fleurs des Astéracées.

Limbe : Partie élargie et plate d’une feuille parcourue par les nervures. On parle également du limbe d’un pétale ou d’un sépale.

Limon : Ensemble des particules minérales et organiques que les fleuves et rivières charrient et déposent au fond de leurs lits ou sur leurs rives constituant un dépôt fin de particules granuleuses. On parle de sol limoneux.

Litière : En pédologie (science des sols), la litière désigne les résidus végétaux (pollen,feuilles,fruits,graines,rameaux, brindilles) qui tombent sur le sol lorsque les arbres ou arbustes se dépouillent (au début de la saison sèche en région aride). Ils jonchent le sol en surface dans les zones forestières ou broussailleuses. Sous l’action de la micro-faune (acariens, iules, fourmis), des champignons et des bactéries, la litière se transforme peu à peu en humus.

M

MAB : Le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) propose un projet interdisciplinaire basé sur la recherche et le renforcement des capacités dans le but d’améliorer les relations entre les populations et leur environnement global. Lancé au début des années 70, ce programme a pour principale mission de réduire la perte de biodiversité par des approches écologiques, sociales et économiques. Il utilise son Réseau mondial de réserves de biosphère, constitué de 480 sites à travers le monde, comme un outil d’échange des connaissances, de recherche et de surveillance,d’éducation et de formation, favorisant la gestion participative.

Mammifère : Du latin «mamma» : mamelle. Les mammifères sont des animaux à « sang chaud »,initialement adaptés à la vie sur la terre ferme et dont certains se sont secondairement adaptés à la vie en milieu aquatique (baleine, otarie…). En dépit de leurs grandes différences de formes, de taille et de mode de vie, la plupart des animaux de cette classe sont couverts de poils et tous allaitent leurs petits. Aucun autre groupe d’animaux ne présente ces caractéristiques. Exemples divers de mammifères : les girafes,chauve-souris,singes,wallabies, fennecs, dingos…

Métaux lourds : La notion de « métaux lourds » a été récemment remplacée par la notion d’ « élément-trace métallique » mais reste assez floue.Certains auteurs définissent comme métaux lourds les éléments métalliques compris entre le cuivre et le plomb dans le tableau des éléments, d’autres les assimilent à la quasi-totalité des éléments métalliques. On connaît la grande toxicité de certains métaux lourds comme le mercure, le plomb et le cadmium. Tous les métaux lourds sont présents naturellement à l’état de traces dans le sol, mais l’activité humaine peut avoir renforcé cette présence. L’utilisation de certains métaux lourds est donc strictement réglementée, voire interdite. Le rejet dans l’environnement en fin d’utilisation doit être évité, et ces métaux recyclés.

Migration animale : La migration caractérise un déplacement effectué par de nombreuses espèces, sur de longues distances, dans le but de se reproduire, de fuir le froid ou la sécheresse.Le déplacement est à caractère périodique et implique un retour régulier dans la région de départ. Les migrations terrestres les plus spectaculaires sont effectuées par d’immenses troupeaux de mammifères, comme les gnous ou les zèbres qui migrent pour trouver de l’herbe fraîche ou de l’eau en suivant les pluies.

Mimétisme : Désigne la capacité de certains êtres vivants à ressembler à des éléments de leur milieu ou à d’autres êtres vivants,d’un point de vue morphologique. Cette stratégie d’imitation a pour but de se camoufler et d’échapper à la vue des prédateurs,de s’emparer des proies ou de faciliter les relations avec les congénères.

Monocotylédone : Parmi les angiospermes ou plantes à fleurs, les monocotylédones comprennent les végétaux dont la plantule typique ne présente qu’un seul cotylédon – ou feuille primordiale – issu de la graine.Exemples de plantes monocotylédones : le blé,le maïs, le palmier, l’iris. On les reconnaît souvent à leurs feuilles parfois pennées qui présentent des nervures principales parallèles. Les plantes dicotylédones comme le haricot, le pois, les rosacées ou astéracées, comportent deux cotylédons.

Monoculture : Mode d’agriculture consistant à ne planter qu’une seule espèce sur de vastes surfaces. La monoculture est source de graves déséquilibres écologiques car elle peut induire une érosion des sols et favorise la prolifération des ravageurs et des maladies.

Mordant : Substance utilisée en teinture pour fixer le colorant sur la fibre.

Multiplication végétative : La multiplication végétative est un mode de reproduction asexuée.À la différence du semis qui donne de nouveaux spécimens (avec un nouveau patrimoine génétique), la multiplication végétative génère des clones (des individus génétiquement identiques aux pieds mères). Elle est obtenue de façon spontanée ou provoquée, sans intervention de la graine, par une bouture (bouturage), une greffe,un stolon.La multiplication végétative s’oppose donc à la multiplication générative ou sexuée avec intervention d’une graine.

Mutualisme ou symbiose : Le mutualisme est une relation entre deux ou plusieurs espèces vivantes où le « symbiote » et l’hôte tirent tous les deux profit de la situation. Les deux espèces associées s’adaptent à la relation et une modification de comportement de l’une peut influer sur la survie de l’autre. Le ratel, un blaireau africain, peut s’associer à l’indicateur, un oiseau. L’oiseau par son chant guide le blaireau jusqu’à un nid d’abeille. Le blaireau ouvre la ruche sauvage pour y manger le miel et laisse à l’oiseau la cire et les larves.

N

Nappe phréatique : Nappe d’eau souterraine, soit issue de l’infiltration des eaux de pluie (renouvelable), soit « fossile » quand elle est très ancienne et prise au piège sous terre depuis la formation géologique du site (non renouvelable). Elle peut être enfouie plus ou moins profondément dans le sol, selon son origine. La nappe phréatique joue un grand rôle dans les zones arides où elle représente la majeure partie des ressources en eau.

Nectarivore : Terme employé en zoologie ou en ornithologie pour désigner un animal qui se nourrit de nectar, substance riche en sucre, plus ou moins visqueuse, sécrétée par les plantes à fleurs. La plupart des nectarivores sont des insectes ou des oiseaux, mais il existe des mammifères nectarivores comme certaines chauve souris et une espèce d’opposum. Le nectar joue ainsi un rôle important dans la pollinisation de nombreuses plantes à fleurs en attirant les insectes butineurs.

Nitrates : Les nitrates sont les sels minéraux de l’acide nitrique. Ce sont des éléments minéraux nutritifs pour les plantes, cependant dans les zones d’agriculture intensive, l’utilisation en grande quantité d’engrais à base de nitrates conduit fréquemment à une pollution des eaux de surface et des eaux souterraines.

Noria : Une noria est un système hydraulique traditionnel qui sert à remonter de l’eau et qui fonctionne suivant le principe du chapelet hydraulique. C’est une grande roue à ailettes installée sur un cours d’eau et dotée d’une chaîne supportant une série de plateaux ou godets qui entraîne et remonte l’eau. Celle-ci est ensuite déversée dans un aqueduc associé qui la distribue.

Nutriment : Substances nutritives (éléments ou composés chimiques) de nature minérale ou organique, indispensables à la physiologie des organismes vivants. Les nutriments que les plantes absorbent pour leur croissance sont les phosphates, les nitrates, les sels minéraux et le potassium.

O

Oasis : Une oasis désigne une zone de végétation isolée dans une région désertique. Cela se produit à proximité d’une source d’eau ou lorsqu’une nappe phréatique est suffisamment proche de la surface du sol ou encore sur le lit de rivières qui viennent se perdre dans le désert. Une palmeraie d’oasis est un espace fortement anthropisé (voir anthropique) et irrigué qui supporte une agriculture généralement intensive et en polyculture.

Omnivore : Organisme vivant qui se nourrit d’aliments d’origine animale ou végétale.

Ongulé : Du latin « ungula » : ongle. Les ongulés forment un groupe de mammifères qui possèdent un ou plusieurs sabots à l’extrémité de leurs membres. Le sabot est une formation cornée très développée (comme l’ongle chez les primates) qui enveloppent les doigts lors de la marche.

Oued : De l’arabe «wadi » : rivière. Cours d’eau temporaire,à régime hydrologique très irrégulier,des régions sahariennes semi-arides. Ils sont à sec la plupart du temps mais peuvent connaître des crues violentes, surtout dans les massifs montagneux,entraînant d’énormes quantités de boue.

P

Parasitisme : Le parasitisme est une relation entre deux êtres vivants dont le parasite tire profit aux dépens de l’hôte en vivant soit à l’intérieur, soit à l’extérieur de celui-ci. Le parasite est un cas particulier de prédateur qui n’a pas pour but de tuer l’hôte mais de s’en nourrir. Il est cependant destructeur pour celui-ci. La tique, par exemple, est un parasite du chameau.

Pédologique : Du grec « pedon » : sol. La pédologie est une des branches principales de la science des sols, de leur formation et de leur évolution.C’est une discipline qui s’appuie sur l’étude des interactions entre les différentes phases (liquide, gazeuse, solide) constituant le sol. Elle trouve des applications notamment dans l’agriculture,l’horticulture,la sylviculture, l’hydrologie (rétention de l’eau par le sol) ainsi que dans l’étude de la pollution (filtration des eaux).

Pépinière : En agriculture,sylviculture, arboriculture ou horticulture, une pépinière est un champ ou une parcelle de terre réservée à la multiplication des plantes ligneuses principalement (arbres, arbustes) ainsi que d’autres plantes vivaces et à leur culture jusqu’à ce qu’elles atteignent le stade où elles peuvent être transplantées.

Percolation : En hydrologie, la percolation désigne le phénomène par lequel l’eau pénètre et traverse les pores d’un sol ou d’une roche et migre lentement à travers les sols. Infiltration et percolation sont deux processus successifs indispensables pour la recharge des nappes phréatiques souterraines à partir des eaux de surface.

Peuplement : Nous voyons d’après la définition précédente que dans un milieu donné nous n’aurons jamais une seule et unique population, mais le plus souvent un ensemble de populations. C’est cet ensemble de populations que nous qualifierons de peuplement étant bien entendu que nous pouvons distinguer peuplement animal et peuplement végétal. Les peuplements végétaux sont le plus souvent répartis en strates superposées : arbres, arbustes, herbes, mousses du sol.

Pétiole : Support d’une feuille par lequel elle s’accroche à la tige.

Phloème : Dans la structure d’un arbre, le phloème est le tissu conducteur de la sève. Le mouvement de sève est bidirectionnel dans le phloème,tandis que dans les cellules du xylème,le mouvement de la solution nutritive (eau et cellules mortes) remonte du sol, il est continu et ascendant.

Phorésie : Du grec « phoros » : porter. La phorésie est une relation entre deux êtres vivants dans laquelle l’un assure, temporairement le plus souvent, le transport de l’autre. Il s’agit d’une association libre et non-destructrice. Certaines grandes raies assurent ainsi le transport de poissons.

Photosynthèse : Processus bioénergétique qui permet aux plantes de synthétiser leur matière organique, c’est à dire de fabriquer de la matière carbonée organique à partir du dioxyde de carbone de l’air,de l’eau et des sels minéraux du sol, en exploitant l’énergie solaire. Par l’absorption des sucres fabriqués lors de la photosynthèse,les plantes produisent leur matière végétale qui sert ensuite de nourriture à d’autres organismes vivants (herbivores).

Phyllophage : Un organisme phyllophage est un cas particulier de phytophages (tous les organismes qui se nourrissent à partir des végétaux). Il se nourrit précisément du tissu de la feuille des végétaux, soit en en prélevant une partie, soit en suçant les liquides ou la sève. Les bovins sont des phyllophages.

Phyllotaxie : On appelle phyllotaxie l’ordre dans lequel sont implantés les feuilles ou les rameaux sur la tige d’une plante ou par extension, la disposition des éléments d’un fruit,d’une fleur,d’un bourgeon ou d’un capitule. On appelle aussi phyllotaxie la science qui étudie ces arrangements. Ceux-ci dépendent du nombre de feuilles par noeud et de l’arrangement de ces feuilles le long de la tige. La disposition est dite alterne quand les feuilles sont disposées de part et d’autre de la tige de façon alternée ;elle est dite opposée quand les feuilles se font face sur la tige à chaque niveau ;elle est dite verticillée quand on compte trois feuilles ou plus par niveau.

Pistil : Ensemble des organes femelles de la fleur,composé du (ou des) ovaire(s), du (ou des) style (s) et du (ou des) stigmate( s).

Plante annuelle : Une plante annuelle est une plante dont le cycle de vie (de la germination à la mort) s’effectue en une année.Il faut donc la ressemer régulièrement.

Plante aromatique : Les plantes aromatiques sont les plantes utilisées en cuisine et en médecine douce pour les arômes qu’elles dégagent et les huiles essentielles que l’on peut en extraire. Exemples : l’anis étoilé ou badiane,l’anis vert, le romarin, l’eucalyptus.

Plante émergente : Plante enracinée au fond de l’eau, mais dont la plus grande partie se situe au-dessus de la surface comme les joncs (Juncus sp.).

Plante flottante : Plante non enracinée, flottant librement à la surface de l’eau comme les lentilles d’eau.

Plante indigène (ou plante locale) : Plante qui croît naturellement dans une zone donnée de la répartition globale de l’espèce et dont le matériel génétique s’est adapté à cet endroit. Si la plante ne se rencontre qu’en un lieu ou une région spécifiques du monde on parle de plante endémique (plus res-trictif).

Plante ligneuse : Du latin « lignosus », « lignum » : bois. Une plante ligneuse est une plante constituée de bois. On peut parler d’une tige ligneuse par opposition à une tige herbacée. Le terme désigne les arbres, arbustes et arbrisseaux par opposition aux plantes herbacées.

Plante médicinale : Plante utilisée par l’homme à des fins thérapeutiques.

Plante saline : Ce qui est salin contient du sel. Par extension, une plante saline peut désigner une plante se développant bien dans des milieux riches en sel.

Plante succulente : Du latin « suculentus » : plein de suc. Les plantes succulentes sont des plantes charnues,également appelées « plantes grasses» qui sont adaptées pour survivre dans des milieux arides avec les caractéristiques du sol et du climat propres à ces milieux. Leur adaptation est liée à leur capacité de stocker de l’eau dans leurs feuilles, dans leurs tiges ou dans leurs racines comme les agaves, les euphorbes, les aloès ou les cactées.

Plante vivace : Une plante vivace est une plante qui vit deux ans au moins (par opposition aux plantes annuelles ou bisannuelles), mais qui souvent vit beaucoup plus longtemps. Les plantes ligneuses (arbres,arbustes,arbrisseaux) sont par définition des plantes vivaces. Elles peuvent conserver leur feuillage à la mauvaise saison (la saison sèche en région aride),mais le plus souvent celuici disparaît et la plante survit grâce à la souche restée dans le sol ou grâce à un organe de survie (bulbe,rhizomes) enfoui dans le sol.

Pollinisation : Processus de transport d’un grain de pollen issu d’une plante à fleurs depuis les étamines (organes sexuels mâles) jusqu’au pistil (ensemble des organes femelles) de la même espèce,rendant possible la fécondation. Certaines fleurs sont pollinisées par les abeilles,les insectes,d’autres le sont par les oiseaux ou certains mammifères, d’autres par le vent. Le processus de la pollinisation suivie de la fécondation est le mode de reproduction privilégié des plantes à fleurs (angiospermes).

Population : Une population est constituée d’individus vivant dans un espace géographique donné et capables de se reproduire entre eux. Nous pourrions dire aussi qu’une population est une collection d’individus appartenant à la même espèce animale ou végétale et vivant dans le même milieu à un moment donné.

Port : En botanique,le port désigne l’aspect général d’une plante. On peut distinguer le port élancé d’un cyprès, le port en parasol d’un Acacia tortilis, le port pleureur, aux branches retombantes d’un cèdre pleureur.

Prédateur : Organisme vivant qui capture des proies vivantes pour se nourrir ou pour alimenter sa progéniture. Afin d’y parvenir, les prédateurs utilisent de nombreuses stratégies.Ils influent directement sur les populations des proies et contribuent à maintenir l’équilibre biologique des écosystèmes.On distingue les superprédateurs ou prédateurs absolus qui ne sont pas eux-mêmes la proie d’autres prédateurs.

Producteur : Dans la représentation d’un réseau trophique rassemblant les chaînes alimentaires d’un écosystème, l’énergie passe des producteurs d’aliments aux animaux consommateurs en une série d’étapes appelées niveaux trophiques et représentées classiquement par les étages successifs d’une pyramide plus ou moins élevée. Les producteurs sont les espèces végétales qui produisent des protéines et des sucres à partir de l’énergie lumineuse du soleil et la convertissent en formes utilisables par d’autres organismes.

Programme génétique : Les instructions nécessaires à l’élaboration des caractères héréditaires des individus de chaque espèce constituent le programme génétique de chaque individu. Cette information génétique est contenue dans les noyaux des cellules.

Puisard : En région saharienne existent des puisards.La différence entre un puits et un puisard est notable : un puisard est un trou creusé d’un diamètre relativement petit et peu profond. L’eau recherchée se trouve à faible profondeur et un berger peut sans technique ni structure particulière extraire l’eau. Le puisard est creusé en quelques heures avec une gamelle. Certains, plus profonds, peuvent être creusés à la surface d’une mare asséchée. Ils sont abandonnés après usage et tarissent rapidement.

Q

Quanat : Nom utilisé en Iran pour désigner les foggaras algériennes.Voir définition foggara.

R

Racine pivot : On parle de « racine pivot » ou de « racine pivotante ».Se dit de la racine principale d’une plante qui s’enfonce verticalement dans la terre et est dominante par rapport aux racines secondaires.

Radicelle : Une radicelle est une petite racine secondaire.Très nombreuses,elles puisent dans le sol l’eau et les nutriments et comportent beaucoup de poils absorbants.

Ravinement : Le ravinement est le processus de formation des ravines, ces sillons profonds ou incisions linéaires créés par le ruissellement concentré des eaux sur un versant. Dans les régions arides,le ravinement peut-être renforcé par la nudité des versants, l’absence de végétation et l’imperméabilité de certains sols soumis aux précipitations souvent courtes mais intenses.

Reg : Un reg est un désert pierreux,une grande étendue de surface caillouteuse, à peine marquée par le relief et quasiment dépourvue de végétation.Les regs procèdent d’un processus d’émiettement de la roche, de désagrégation mécanique et sont également dus à la déflation causée par le vent. Les pierres sont souvent recouvertes par l’enduit désertique ou vernis éolien.

Règne : Le règne est le plus haut niveau de classification des êtres vivants par les scientifiques. À l’exception des virus, les êtres vivants sont répartis en 5 règnes du vivant : les animaux, les végétaux, les champignons,les protistes (organismes eucaryotes unicellulaires) et les procaryotes (telles les bactéries).

Réseau des Écoles associées de l’UNESCO : Créé en 1953,le Réseau des Écoles associées de l’UNESCO (Associated Schools Project Network ou ASPnet) est un réseau mondial d’environ 8000 établissements scolaires répartis dans 177 pays (des écoles maternelles aux écoles primaires et secondaires et aux instituts de formation des enseignants) qui travaillent en faveur d’une éducation de qualité.

Réseau trophique : Le terme de réseau trophique désigne l’ensemble des chaînes alimentaires reliées entre elles au sein d’un écosystème. Ces chaînes alimentaires relient les diverses catégories écologiques d’êtres vivants qui constituent la biocénose, à savoir : – les producteurs, constituées par les plantes vertes, premier niveau trophique ; – les consommateurs primaires, constitués par les animaux herbivores, deuxième niveau trophique ; – les consommateurs secondaires,constitués généralement de carnivores et de parasites, troisième niveau trophique ; – les consommateurs tertiaires ou superprédateurs, quatrième niveau trophique. Sans oublier les décomposeurs qui désagrègent et minéralisent la matière organique morte. Cf. Schéma p. 21.

Réserve de biosphère : Aire portant sur des écosystèmes terrestres,reconnue au niveau international par l’UNESCO comme site privilégié pour la recherche et la promotion des relations équilibrées entre les hommes et la nature.

Ressources : On divise les facteurs abiotiques d’un écosystème en deux catégories : les ressources et les conditions. Les ressources, dans le domaine abiotique, se réfèrent à l’eau, au dioxyde de carbone,à la lumière,aux nutriments du sol et à l’espace.

Ressources naturelles : Les éléments minéraux ou biologiques pour lesquels l’homme a trouvé une utilisation constituent des ressources naturelles : le concept de ressource implique l’idée d’usage.Ces ressources peuvent être divisées en deux groupes : Les ressources non renouvelables constituées par les matières premières minérales, comme les métaux; Les ressources renouvelables qui peuvent être exploitées sans épuisement dans la mesure où le taux de prélèvement est inférieur à la productivité disponible, comme les forêts. Aujourd’hui,la tendance à l’épuisement des ressources naturelles se confirme et persiste.

Rhizome : Tige souterraine, généralement horizontale, sans chlorophylle, de certaines plantes vivaces. Le rhizome porte des feuilles réduites à des écailles, des noeuds et des bourgeons qui produisent des tiges aériennes et des racines. Le rhizome, en se ramifiant, permet la multiplication végétative de la plante qui peut devenir proliférante comme le bambou. Certains rhizomes épaissis sont comestibles comme le gingembre, d’autres se transforment en tubercules comestibles comme l’igname.

Roche mère : La roche mère d’un sol constitue le substrat de celui-ci.On étend le concept de roche mère à tout ce qui concerne la nature des roches formant une couche géologique,en intégrant les caractères physico-chimiques de celles-ci.

Ruissellement : En hydrologie,le ruissellement désigne le phénomène d’écoulement des eaux à la surface du sol. Il s’oppose au phénomène d’infiltration. L’eau des précipitations s’écoule en suivant les courbes du relief et constitue un des moteurs de l’érosion : l’eau entraîne avec elle des particules du sol plus ou moins grosses en fonction de la quantité d’eau en mouvement et de la pente, ce qui peut éroder les terres ainsi soumises au ruissellement.

S

Saumâtre : Une eau saumâtre est une eau moins salée que l’eau de mer, en général composée d’un mélange d’eau de mer et d’eau douce, telle qu’on la trouve dans les lagunes.

Sebkha : Les sebkhas forment des marais salants temporaires dans le désert.L’eaupeut provenir du ruissellement ou de sources temporaires.

Sédiment : Substances nutritives (éléments ou composés chimiques) de nature minérale ou organique, indispensables à la physiologie des organismes vivants. Les nutriments que les plantes absorbent pour leur croissance sont les phosphates, les nitrates, les sels minéraux et le potassium.

Séguia : Une fois sortie de terre, l’eau des foggaras circule à travers l’oasis : elle est drainée dans des canalisations de plein air,parfois très longues,les séguias, qui la distribuent vers les différents terrains.

Sempervirent : Du latin : « semper » « virens » : toujours vert. En botanique, le terme désigne une plante qui garde ses feuilles tout au long de l’année, par opposition aux arbres à feuillage caduc. En région aride, les arbres à feuilles caduques se dépouillent au début de la saison sèche;c’est la diminution d’humidité du sol qui déclenche la chute des feuilles. Les arbres au feuillage persistant ou sempervirent restent verts même pendant la sécheresse ; il s’agit par exemple du myrte (Myrtus communis), du genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea), du tamarinier (Tamarindus indica), du chêne vert (Quercus ilex).

Simple : Feuille dont le limbe est d’une seule pièce, non composé. Exemple : la feuille du figuier, de l’olivier.

Site naturel sacré : Les sociétés traditionnelles du monde entier ont conféré un statut particulier aux sites naturels qu’elles considèrent comme sacrés : ils représentent la diversité des systèmes de croyances traditionnelles existant sous de multiples formes. Qu’ils soient forêts ou montagnes sacrées, sources, rivières,lacs ou grottes sacrées et autres multiples exemples de sites et de lieux vénérés,ils ont en commun cette dimension prégnante de signification et d’importance que revêt ce qui est identifié comme spirituel. Par essence, ces sites étaient les premiers sites protégés sur Terre.

Stolon : Mince tige aérienne et rampante, à la surface du sol, qui sert à la multiplication végétative d’une plante. Au niveau d’un noeud et souvent au contact du sol,le stolon donne naissance à une nouvelle plante en s’enracinant à son extrémité. Le stolon meurt puis disparaît quand la nouvelle plantule est autonome.

Stomate : Un stomate est un orifice de petite taille présent dans l’épiderme des organes aériens des végétaux (sur la face inférieure des feuilles le plus souvent).Il permet les échanges gazeux entre la plante et l’air ambiant (dioxyde de carbone, oxygène, vapeur d’eau). Les stomates peuvent être très nombreux sur les feuilles, de 50 à 500 par mm2. En région aride, ils sont beaucoup moins nombreux chez les espèces xérophytes et se sont souvent enfoncés dans l’épiderme au fond de sillons. Par les stomates, la plante exerce un contrôle sur son propre flux interne d’eau et de substances nutritives.Ainsi quand la chaleur est trop forte ou l’alimentation en eau insuffisante, les stomates peuvent se fermer et bloquer les processus de photosynthèse et de transpiration.

Substrat : En géologie, le substrat est l’élément sur lequel repose une couche géologique. Ce substrat géologique donne au sol sa composition minérale d’origine.

Succession écologique : En écologie, une succession écologique représente le processus de développement d’un écosystème au cours du temps.Le processus consiste en une série d’étapes se succédant dans un ordre adéquat, comme les stades successifs bien marqués d’une végétation pionnière herbacée, qui devient rapidement buissonnante, puis arbustive. Les transformations des communautés végétales et animales,du sol et du microclimat qui caractérisent une succession sont particulièrement fortes pour les successions qui suivent une perturbation importante, comme après une coupe forestière ou une forte tempête.

SUMAMAD (Sustainable Management of Marginal Drylands) : SUMAMAD est un projet du Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO dont la mission est de renforcer la gestion durable des terres arides marginales en Afrique du Nord et en Asie. Le projet propose des méthodes de gestion qui favorisent la viabilité économique, la conservation des ressources,en particulier des sols et des réserves en eau,et qui encouragent la réhabilitation des terres dégradées en utilisant une approche basée sur la participation des communautés locales. La formation, le renforcement des capacités et l’interaction avec les propriétaires terriens, les agriculteurs et d’autres partenaires et acteurs, est une dimension-clé du projet, intégrant à la fois les pratiques de gestion traditionnelles durables et l’expertise scientifique.

Surpâturage : Pratique qui consiste à faire paître trop de bétail durant une trop longue période sur des terres qui ne parviennent pas à se régénérer et à reconstituer leur végétation. Le terme peut aussi désigner la pratique consistant à faire paître des ruminants sur des terres non adaptées au pâturage à cause de paramètres physiques comme la pente.Le surpâturage conduit à l’érosion du sol et à la destruction d’une couverture végétale déjà fragile ou clairsemée.

T

Tanins : Substances d’origine organique que l’on trouve dans la plupart des plantes et dans toutes leurs parties (écorces, racines, feuilles), caractérisées par leur astringence (sensation de dessèchement en bouche) et employées pour fabriquer du vin, tanner les peaux, protéger le cuir, teindre les étoffes. L’écorce d’Acacia seyal est riche en tanins utilisés pour la teinture rouge.

Tinctorial : Qui sert à teindre.On parle de plantes tinctoriales,de matières tinctoriales (pigments minéraux) quand elles fournissent une substance utilisée pour la teinture et la décoration des textiles, des cuirs, des céramiques, des murs, des corps…ou dans la préparation des colorants alimentaires.

Transpiration : On distingue la transpiration animale et la transpiration végétale. La transpiration animale est l’évacuation de la sueur chez l’homme et les mammifères par les pores de la peau. Elle permet de réguler la température du corps. La transpiration végétale est l’élimination de la vapeur d’eau en excès chez les plantes. C’est un processus continu qui englobe à la fois l’évaporation d’eau par les feuilles et l’absorption simultanée d’eau par les racines dans le sol.La transpiration se produit au niveau des stomates et agit comme moteur dans la circulation de la sève.

Transplanter : Sortir de terre une plante herbacée ou un arbre (généralement à l’état de jeune plant) pour le replanter ailleurs.

Tubuleuse : Tubuleuse ou tubulée. Se dit des fleurons (petites fleurs) en forme de tube formant le coeur des fleurs des Astéracées.

Tumulus : Un tumulus est une éminence artificielle,circulaire ou non,recouvrant une sépulture. Les tumuli de terre sont rares aujourd’hui alors que les tumuli de pierres (ou cairns) sont assez bien conservées.Les civilisations d’Amérique précolombienne et d’Égypte antique ont compté des bâtisseurs de tumuli.

Turbidité : La turbidité désigne la teneur d’un liquide,en général de l’eau,en matières qui la troublent. Elle résulte de particules en suspension qui absorbent, diffusent ou réfléchissent la lumière. La turbidité est un facteur écologique important qui peut révéler un fort taux de sédiments, une teneur élevée en plancton, une pollution de l’eau.

U

UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) : Les programmes scientifiques de l’UNESCO liés à l’écologie placent les sciences écologiques et les sciences de la terre au service du développement durable. Ces programmes contribuent notamment à lutter contre la désertification.Les activités liées à la biodiversité sont principalement gérées à travers le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB). Le Programme hydrologique inter-national (PHI), s’occupe du problème prioritaire des ressources en eau et des écosystèmes sur lesquels elles reposent en s’efforçant de réduire les risques qui pèsent sur les systèmes hydriques. Les principales activités de recherche dans les domaines de la géologie et de la géophysique sont organisées dans le cadre du Programme international de géosciences (PICG).

V

Végétation spontanée : Lorsqu’une végétation échappe à l’action de l’homme, elle présente une transformation spontanée et lente au cours de laquelle des groupements végétaux différents se succèdent en divers points de l’espace. La végétation spontanée qualifie ces peuplements. Elle est liée à l’activité humaine et doit son maintien à des modes d’exploitation mais elle évolue d’elle-même, est peu perturbée et souvent de grande diversité.

X

Xérophyte : Les xérophytes désignent les plantes adaptées aux milieux secs. Ces plantes se rencontrent dans des environnements variés comme les déserts rocailleux ou les formations buissonnantes typiques des régions arides ou semi-arides. Leurs adaptations visent principalement à lutter contre la perte d’eau et le stress hydrique ainsi qu’à obtenir autant d’eau que l’environnement peut en fournir. Parmi les adaptations morphologiques des xérophytes, on peut citer les surfaces épaisses et dures des plantes comme Opuntia,de la famille des Cactées, revêtues d’une cuticule cireuse (une couche étanche,à l’aspect verni) limitant la transpiration. On peut également citer le système racinaire profond des acacias afin d’atteindre les réserves d’eau souterraines les plus inaccessibles.

Xylème : Dans la structure d’un arbre, le xylème est le tissu qui a la capacité de transporter de grandes quantités d’eau depuis le sol nutritif jusqu’aux feuilles qui réalisent la photosynthèse. Il transporte donc une solution contenant de l’eau et des sels minéraux vers le sommet et les feuilles qui agissent comme des pompes.

Xylophage : Du grec « xulon » : bois. Se dit des animaux dont le régime alimentaire est composé de bois et qui à l’état de larve ou à l’état adulte mangent les branches,les troncs ou les racines des arbres morts ou vivants.

Z

Zaï : En Afrique,le zaï est une technique traditionnelle de préparation du sol qui consiste à faire des trous dans le sol pour récupérer un peu d’eau de ruissellement, puis d’y semer les graines de mil ou de sorgho afin de rendre les semis moins sensibles en cas de pluies irrégulières. La technique est améliorée en préparant très tôt les terrains,bien avant les pluies : on apporte des débris organiques dans les trous et les termites viennent s’y nourrir et creuser des galeries qui permettent une plus grande infiltration des eaux ; on peut y semer ensuite en introduisant également de la fumure.

Zoochorie : La zoochorie désigne le mode de dispersion des graines des végétaux par les animaux. Les graines peuvent être disséminées par les déjections de l’animal (endozoochorie) ou par transport externe, grâce à certains crochets ou aiguillons présents sur les fruits qui s’accrochent dans les poils des animaux (épizoochorie).

Zooplancton : Parmi la biomasse qui constitue le plancton évoluant dans le milieu marin ou dans les eaux douces ou saumâtres des régions sèches, le zooplancton est un plancton animal constituées d’espèces comme les gamètes ou les larves. Le zooplancton a une grande importance dans les chaînes alimentaires, dans les cycles biochimiques (cycle du carbone) et dans les entreprises de dépollution des eaux (lagunage).

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :