La maison d'alzaz ou le blog de l'écologie

1 septembre 2009

Quelques cycles bio-géo-chimiques

LE CYCLE DE L’EAU

La planète bleueLorsqu’on voyage dans une capsule en orbite autour de la Terre, celle-ci paraît toute bleue tant l’eau y est présente ; 4/5ème du globe est recouvert d’eau et sa quantité totale est évaluée à environ 1400 millions de km3. L’eau est un élément indispensable à la vie sur la planète ; de plus, elle doit être présente sous forme liquide. Sur la Terre, elle présente ses trois formes physiques naturelles, solide, liquide et gazeuse (ne pas confondre vapeur d’eau et eau gazeuse du commerce !). Sur Venus, trop proche du soleil, la vapeur d’eau ne peut pas se condenser en eau liquide et, sur Mars trop éloignée, elle ne peut pas fondre.

Malheureusement, la majeure partie de cet élément essentiel est salée ou non potable. 97,40 % se trouve dans les mers et les océans alors que seulement 2,60 % est douce, sans être pour autant potable ou accessible (glace). L’eau est donc extrêmement précieuse malgré son abondance.
Approvisionnement en eau potable monde
Les animaux sont constitués à plus de 70 % d’eau, les végétaux herbacés à plus de 85 %. Comme dans le cas du carbone, l’eau circule constamment, traversant inlassablement les formes de vie qui se succèdent, et décrivant un cycle qui dépendra entièrement du soleil.

Chaudière à condensateurLe dispositif du cycle de l’eau peut être comparé à une machine à vapeur :

– le soleil en est le foyer,

– les océans et les continents en composent la chaudière,

– les couches supérieures froides atmosphériques fonctionnent comme un condensateur.

Cycle de l'eau et proportions
Le soleil chauffe les eaux du globe, qui s’évaporent en partie avant de se refroidir dans la haute atmosphère et de retomber sous les formes variées des précipitations. Tout dépendra donc de l’intensité du soleil, des températures, de la latitude et de l’altitude.
Malgré un rendement faible -le cycle de l’eau n’utilisant qu’une faible partie de l’énergie fournie par le soleil, le travail accompli est phénoménal : la machine thermique fait la pluie et le beau temps, régit les climats, oriente les courants marins, érode en la sculptant la peau de la Terre, permet la vie extraordinaire des deltas et assure tout bonnement le maintien de la vie sur Terre.
C’est au dessus des océans que le transfert d’eau à l’atmosphère est le plus grand : 450000 km3 d‘eau liquide passent à l‘état de vapeur. L’atmosphère ne pouvant contenir, dans les conditions actuelles, que 13000 km3, cette vapeur retombera presque entièrement sous forme de pluie dans l’océan (410000 km3) ou sur les continents (40000 km3).
Cependant, le cycle se produit également au dessus des continents avec, d’une part, l’évaporation des eaux libres (lacs, cours d’eau…) et, d’autre part, l’évapo-transpiration terrestre (animaux, végétaux et sol) ; ce sont ainsi 71000 km3 qui rejoignent les 40000 venant de l’océan par l’atmosphère. Au total, 111000 km3 retombent sur les terres sous forme de pluie, de neige, de grêle… Mais tous les hommes ne sont pas logés à la même enseigne !

Selon la nature du sous-sol, l’eau s’enfonce en profondeur tant qu’elle ne rencontre pas d’obstacles. La stratification géologique importe donc.
En région à substratum calcaire, l’eau s’infiltre dans les fissures de la roche qu’elle attaque d’autant plus qu’elle est froide pour y former des réseaux karstiques. La gestion de l’eau importe beaucoup car elle abonde peu en surface, ce qui la rend d’autant plus fragile face aux pollutions agricoles, domestiques et industrielles.
Pollution des eaux en massif calcaire

Nappe phréatiqueLorsqu’elle rencontre un obstacle telle une couche marneuse ou argileuse, l’eau stagne pour former des aquifères et des nappes phréatiques. Cette réserve dépend totalement de la pluviométrie et les années de sécheresse nous ont enseigné qu’elle n’est pas inépuisable et que sa vulnérabilité aux pollutions est grande.

Pollution des eaux de surface (Massif Armoricain)Dans les régions à substratum granitique ou gneissique, les eaux de précipitation ne s’infiltrent pas mais ruissellent en surface, passant des rivières et des fleuves à l‘océan. On y trouve peu d’aquifères naturels et la gestion de l‘eau peut poser quelques problèmes, notamment en cas de pollution.

Toujours est-il que l’ensemble des sources d’eau potable est pollué par les nitrates, les phosphates, les hormones, les antibiotiques, les pesticides, les PCB, les métaux lourds, les bactéries fécales… Une eau ne pouvant plus assurer naturellement (grâce aux végétaux et à ses bactéries aérobies comme anaérobies) son auto-épuration est dite eutrophisée, voire dystrophe, avant la mort dans le pire des cas.

Eau de consommation domestiqueLa concentration urbaine aggrave les problèmes de l’épuisement et des pollutions aquatiques que pose déjà notre manière générale de consommer : l’agriculture et l’agro-alimentaire, l’industrie et les centrales électriques, sont fortes utilisatrices d’eau (25 litres sont nécessaires à la fabrication d’un litre de bière, 40000 l pour faire 10 grammes d’antibiotique…) et ne restituent jamais une eau totalement propre.

La France est passée d’une consommation de 1000 km3 d’eau par an à plus de 5000 aujourd’hui.

Répartition consommation eau en FranceL’occidental consomme en moyenne 100 fois plus d’eau qu’un Ghanéen ! et moins de 5 % de notre eau entre dans un usage purement alimentaire. La majeure partie des eaux domestiques est polluée ; l’industrie, même aux normes, fait des dégâts environnementaux considérables et l’agriculture n’est pas en reste. Un bain fait dépenser 10 à 20 fois plus d’eau qu’une douche, et nos comportements relèvent non plus de l’insouciance mais de l’inconscience. De plus, un niveau de vie élevé est ravageur pour le cycle de l’eau et sa capacité d’auto-épuration.
Nous verrons que cycle de l’eau et cycle de l’azote sont interdépendants, ce qui est banal dans la biosphère.

Eutrophisation naturelle et anthropique
L’eau est un solvant universel doué de propriétés chimiques exceptionnelles. La molécule d’eau est une des plus stables de la biosphère, ce qui, dans l’univers, paraît totalement « anormal »

Icegerg– l’eau se dilate en se solidifiant en glace (à 0°C), contrairement à tous les autres corps qui se contractent à la solidification ; de fait, la glace flotte contrairement aux autres corps, sa densité ayant baissé ; si la molécule d’eau suivait les règles de normalité de l’univers, l’eau devrait se solidifier à 100°C au dessous du zéro !

– de même, l’eau entre en ébullition à 100°C, au lieu de -91°C si elle se comportait normalement* Courants marins(c’est à dire si elle respectait les règles théoriques de la physique) et sa densité baisse au maximum, alors qu’à 4°C elle est la plus forte (pour remonter à 0°C) ; de fait, les eaux froides s’enfoncent sous l’océan, ce qui entraîne les courants marins généraux.

*Ce normalement entraînerait sa disparition définitive sous les formes qui permettent la vie sur terre ;

Molécule d'eau– l’eau (H2O) est un dipôle électrique (O2- et 2H+) qui se comporte comme un micro-aimant avec les autres molécules, et c’est ce qui en fait un solvant assez extraordinaire ; en l’occurrence, elle peut dissoudre une grand quantité d’oxygène.

pH comparés– le potentiel Hydrogène (pH qui mesure l’acidité variant de 0 à 14) de l’eau voisine le degré 7, on la dit de ce fait neutre, c’est à dire ni acide ni alcaline (ou basique) ;

– la vapeur d’eau régule et adoucit le climat, elle le tempère sous nos latitudes ;

Barrage hydroélectrique– la molécule d’eau, bien que dépourvue de potentiel énergétique chimique, permet de fournir de l’énergie de gravité (grâce à l’évaporation due au soleil et à la condensation dans la haute atmosphère) dans les centrales hydrauliques ou barrages fluviaux.

Pour finir, l’eau entre dans tous les processus biochimiques rencontrés chez l’ensemble des êtres vivants et c’est parce que l’eau est transparente que la vie sur terre a pu débuter dans les océans primitifs.

 

 

LE CYCLE DE L’AZOTE

Composition de l'air (bleu = azote - rouge = oxygène)L’air atmosphérique est constitué par plus de 78% d’azote moléculaire (diazote = N2 sous forme gazeuse), Vient ensuite le dioxygène (21%).
Cycle de l'azote
Dans le cycle de l’azote, ce n’est pas la forme N2, ou si peu (1), qui traverse le vivant. Le diazote a d’ailleurs été longtemps négligé car il n’entre pas dans la plupart des réactions biochimiques générales, comme la photosynthèse et la respiration ; par ailleurs, l‘étymologie a-zote signifie “privé de vie”. Il est néanmoins indispensable tant pour ce qui est de notre constitution structurelle organique (acides aminés et protéines) que pour ce qui touche à la reproduction (histones, hormones, ADN…) ou au fonctionnement général des organismes (enzymes).

Malgré la discrétion de cet élément, le cycle de l’azote paraît tout aussi important que ceux du carbone et de l’eau. Je dirais qu’il est plus complexe, c’est pourquoi je n’en parle qu’en troisième lieu et en simplifiant à outrance. Comme le carbone, c’est à la fois un élément de structure et de fonctionnement et c’est un substrat alimentaire.

Cas de l’azote moléculaire :

Orage à éclairs(1) L’azote atmosphérique (N2) entre de deux façons dans le cycle biosphérique mais le phénomène est secondaire par rapport aux autres branches du circuit :

– l’azote moléculaire est, en faible part, transformé en azote nitrique (NO2 / NO3) par mécanisme électrochimique lors d’orages à éclairs, ou par phénomène photochimique sous l’influence des ultraviolets (UV) : c’est l’entrée par voie abiotique (sans les vivants) qui apporte au sol environ 10 kg/ha/an ;

– mais N2 entre aussi par la voie biotique (grâce à l’activités des micro organismes) :

* Les bactéries libres, qu’elles soient du milieu terrestre (Azotobacter, Beijerinckia, Clostridium…) ou aquatiques (cyanobactéries), peuvent produire jusqu’à 25 kg/ha/an d’azote nitrique assimilable par les végétaux (algues, herbacées, arbres…),

Nodosités fixatrices d'azote et racines* Les bactéries et les champignons, vivant en symbiose (2) avec les végétaux au niveau des racines (Rhyzobium / légumineuses, actinomycètes / Aulne…), apportent, après transformation de N2, 500 kg/ha/an d’azote nitrique au sol.

(2) La symbiose entre individus biologiquement très différents, permet des échanges à effets bénéfiques pour chaque symbionte : les bactéries apportent l’azote organique au végétal qui leur fournit en échange des sucres et d’autres substances que les bactéries ne savent pas synthétiser.
Association légumineuses et bactéries (du sol et symbiotiques)Pendant longtemps on a cru que seules les légumineuses (pois, haricot, soja, luzerne, trèfle…) pouvaient vivre en symbiose bactérienne pour l’azote. Il s’avère que bien d’autres plantes cultivées pour l’alimentation humaine ont ce pouvoir (certaines variétés de blé, de maïs, de sorgho, de riz…). L’industrie agro-alimentaire cherche depuis des décennies le moyen d’isoler le gène bactérien responsable de la fixation d’azote atmosphérique N2 afin de les « greffer » directement à l’intérieur du génome (ADN) des plantes cultivées (=> OGM). Ce type d’organisme génétiquement modifié, appliqué à l’ensemble des cultures de céréales, éviterait de déverser dans la nature une bonne quarantaine de millions de tonnes de nitrates de synthèse (engrais), réduirait significativement nos rejets de CO2 (moins de pétrole pour faire les engrais) et nous permettrait une économie d’environ 16 milliards d’euros.

C’est donc essentiellement sous sa forme minérale nitrifiée que l’azote entre et sort des circuits de la vie, très peu sous forme de gaz N2 directement.
Tous ces micro organismes pourvoient pour une petite partie au fonctionnement du cycle en l‘alimentant en nitrates (NO3 = nutrition azotée préférée du végétal).

La décomposition de la matière organique et la production d’azote minéral :

Humification et minéralisation de la matière organiqueLe cycle de l’azote présente une autre particularité et non des moindres : les structures organiques complexes (acides aminés, protéines, protides…) constituant les êtres vivants sont démantelées, après leur mort, par des micro organismes du sol spécialisés dans la minéralisation de la matière organique (décomposeurs et transformateurs du sol et de la litière du sol).

Dans un premier temps, ces structures sont transformées et simplifiées en ions ammonium (NH4+) – humification due à par des bactéries, des bactéries filamenteuses et des champignons – puis en ions nitrites (NO2) – première phase de nitrification grâce aux Nitrosomonas – eux-mêmes incorporés à l’humus  qui est une réserve de nutriments pour les plantes. Les végétaux interceptent une partie ces ions azotés.
Dans un second temps et en fonction de la saison, cet humus est re-minéralisé par de nouvelles bactéries du sol Nitrobacter) en azote nitrique (NO3), assimilable par la végétation ; les animaux consommeront ces végétaux et le cycle biogènique ne s‘arrête jamais… le même phénomène se produisant dans les océans.

N.B. : Ces nitrates seront en petite partie réduits, par des bactéries dites dénitrifiantes, en azote atmosphérique (N2).

Cette partie du cycle de l’azote est de loin la plus importante et une stérilisation, même partielle, de la micro flore du sol peut avoir de graves conséquences pour le fonctionnement des écosystèmes. C’est donc le maillon faible du cycle de l’azote.

DroseraDans les milieux aquatiques de haute altitude ou nordiques, la décomposition de la matière organique est ralentie par certains facteurs limitants (le froid essentiellement). Lorsqu‘ils n‘ont pas subit l’influence de l’homme, ces milieux, pauvres tant en azote nitrique qu‘en sources carbonées, ne parviennent pas à produire de grandes quantités de biomasse. On les dit oligotrophes. L’adaptation à ces milieux de l’extrême a conduit certaines espèces végétales à développer des stratégies originales : elles sont devenues carnivores. Piégeant de différentes façons les animalcules qui les approchent d’un peu trop près, ces plantes spécialisées les digèrent à l’aide de sucs agressifs afin de combler leurs besoins en azote.

Marée verte en BretagneLes pollutions aux nitrates (ammo-nitrates), dues aux activités agricoles – en plus de spolier les eaux de surface et les aquifères, dérèglent le cycle de l’azote qui s’emballe en produisant nombre d’algues envahissantes devenant toxiques en se décomposant (cas actuel de l‘Ulva lactuca et de l‘hydrogène sulfuré).
2 millions en trop de tonnes de nitrates sont apportés aux cultures, nitrates que l’on retrouve dans les eaux de consommation alimentaire.

Chez les nourrissons, les nitrates absorbés sont transformés par la flore intestinale en nitrites, qui se combinent à l’hémoglobine, pouvant entraîner la mort, par asphyxie.
Chez l’adulte, il semblerait que la formation de nitrosamine est cancérigène.

Cycle de l'azote et eutrophisation

 

LE CYCLE DE L’OXYGENE


 

Cycle de l'oxygène
DioxygèneL’atmosphère primitive ne contenait pour ainsi dire pas d’oxygène. Produit en partie par décomposition des molécules d’eau sous l’effet du rayonnement solaire mais, surtout, grâce aux premiers micro organismes doués de photosynthèse, ce gaz a été d’abord dissous dans l’eau des mers puis immédiatement lié à d’autres corps (oxydation des métaux notamment). Ce n’est que récemment (500 à 600 millions d’années) finalement, que l’atmosphère réductrice (dépourvue d’oxygène actif) a pu se faire oxydante. Aujourd’hui, c’est l’ensemble des êtres vivants qui dépendent, pour leur survie, de la photosynthèse, de loin la plus grosse productrice d’oxygène – qui n’est qu’un déchet de cette noble réaction en réalité.

N.B. : Formation d'ATP par fermentation du glucose en éthanol (vin, bière)Les premiers êtres vivants (bactéries primitives) ne respiraient pas comme nous, ils pratiquaient leur respiration par fermentation pour puiser leur énergie (ATP) dans le milieu. La fermentation se passe d’oxygène (= respiration anaérobie) mais son rendement énergétique est nettement plus faible qu’avec la respiration aérobie.

Je rappelle que la respiration, en présence d’oxygène, permet de brûler les sucres fabriqués par la photosynthèse. C’est une combustion froide qui se passe dans les mitochondries des cellules végétales et animales. La respiration produit du gaz carbonique qui est repris par la photosynthèse. Ces deux processus complémentaires régissent toute l’organisation de la vie sur terre.

Cycle oxygène-ozoneUn phénomène indispensable à l’extension de la vie terrestre et aérienne s’est également produit à la suite de l’augmentation progressive de la concentration en oxygène : l’oxygène (O2) se transforme en ozone (O3) sous l’effet des rayonnements UV du soleil. Vers 30 km d’altitude, dans la stratosphère, une couche d’ozone s’est installée, qui nous protège des rayons solaires nocifs et mortels. Si cette couche fine venait à disparaître, la vie ne pourrait plus avoir bien lieu que dans les mers ; l’homme en serait le premier touché.

DéforestationLes deux principaux réservoirs d’oxygène sont l’atmosphère (270 mg/l) et l’hydrosphère (14 mg/l). Peu soluble dans l’eau, l’oxygène sera un facteur limitant pour le métabolisme en vie aquatique ; plus la température de l’eau s’élève, moins elle contient d’oxygène.
Gaz biogène (qui génère la vie) comme le dioxyde de carbone (gaz carbonique), l’oxygène est produit essentiellement par les végétaux chlorophylliens terrestres et marins. Lorsque nous détruisons une forêt pour y installer des cultures vivrières, nous faisons baisser le taux d’oxygène de l’air et augmenter celui du gaz carbonique, principale cause de l’emballement thermique appelé « effet de serre ».

Publicités

12 commentaires »

  1. Il faut bien quinze jour pour assimiler ça!
    Salut!

    Commentaire par Pangloss — 1 septembre 2009 @ 18 h 07 min | Réponse

    • Hello,

      Je rentre de vacances mais j’y retourne bientôt. Ce qui va te donner au moins deux bons mois pour lire tranquillement les articles.

      A bientôt en novembre…

      Commentaire par alzaz — 2 septembre 2009 @ 18 h 33 min | Réponse

  2. Merci pour cet exposé magistral.
    Au moins je saurai quoi répondre quand on me parlera de pollution, de taxe Co2, de gaz à effet de serre, bref je connais les mécanismes maintenant. Mais comment pincer les coupables……!!!
    Cela est une autre paire de manche.
    Bonne soirée
    ZAZA

    Commentaire par ZAZA — 7 septembre 2009 @ 19 h 24 min | Réponse

    • Salut ZAZA,

      Le blogue ne fait que débuter et il y aura de quoi reparler de ce qu’on fait subir à la nature…

      Pour ce qui est des coupables, je dirais plutôt responsables. Chacun l’est à sa manière car soit nous acceptons les règles d’un jeu qui nous condamne, soit nous en fixons nous-mêmes les termes, sous l’effet de nos égoïsmes crétins et de notre individualisme grégaire.

      Il est assez intéressant de faire le test de l’empreinte écologique qu’on laisse sur la planète sur http://www.footprint-wwf.be/footprintpage.aspx?projectId=100&languageId=1 ; je consomme 2 planètes mais je peux descendre à 1,4 ; suffit de quelques habitudes à changer.

      Ciao et à bientôt

      Commentaire par alzaz — 9 septembre 2009 @ 21 h 58 min | Réponse

  3. Mais c’est toute une anthologie du catastrophisme contemporain que tu nous proposes ici !
    Je crois que le plus grand risque aujourd’hui, c’est la mort des abeilles… C’est petit, pas spectaculaire et terriblement efficace.

    Commentaire par Blaise — 16 décembre 2009 @ 10 h 47 min | Réponse

    • Disons que l’effet de serre est une notion indéniable quand celle du réchauffement climatique reste encore discutable.

      Pour les abeilles, croisons les doigts.

      Commentaire par alzaz — 16 décembre 2009 @ 14 h 24 min | Réponse

  4. […] (Source: https://lamaisondalzaz.wordpress.com/2009/09/01/quelques-cycles-bio-geo-chimiques/) Cette entrée a été publiée dans Stage. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. ← Hello world! […]

    Ping par L’eutrophisation des lacs | Meeuuuuuh's Blog — 8 juin 2010 @ 15 h 10 min | Réponse

  5. rien compris !!!

    Commentaire par MOI — 20 mai 2011 @ 14 h 19 min | Réponse

  6. mais tres imagé !!

    Commentaire par MOI — 20 mai 2011 @ 14 h 21 min | Réponse

  7. […] carte sur l’accès à l’eau potable dans le monde (+ causes des pollutions) […]

    Ping par Le coin S.V.T. » Blog Archive » Liste de sites à consulter pour vos exposés sur l’environnement — 11 décembre 2011 @ 0 h 29 min | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :